Dans cet article je partage avec vous mon expérience d’un mois en court séjour gériatrique à l’île de La Réunion ainsi que la façon de recruter habituelle à l’île de La Réunion.

Quelques semaines après avoir été diplômée, j’ai obtenu mon premier poste d’infirmière en court séjour gériatrique (médecine).💪🏽

J’étais très heureuse et fière de moi car j’avais envoyé des CV et lettres de motivation dans tous les hôpitaux et quelques EHPAD de l’île de La Réunion et ils m’ont tous accepté après un entretien d’embauche avec chacun d’eux (sauf celui du nord de l’île).

Bien sûr ils ne m’ont pas tous répondu en même temps, et le premier hôpital à m’avoir donné sa réponse a été le premier dans lequel j’ai travaillé.🏩

J’ai obtenu un rendez-vous après avoir postulé par e-mail (comme pour la plupart des hôpitaux) et je me suis retrouvée dans le bureau de la cadre supérieure de médecine le lendemain de notre entretien téléphonique.😁

L’entretien d’embauche

Une fois sur place, cette cadre supérieure ainsi que le cadre du service de court séjour gériatrique se sont mis à me poser les questions habituelles: mon parcours, pourquoi cet hopital, quels stages j’avais fait, lesquels j’avais le plus aimé, quels soins je savais faire ou pas, quels logiciels je savais utiliser etc…

Puis ils m’ont interrogé sur un sujet auquel je ne m’attendais pas du tout: ils m’ont posé des questions très précises sur les transfusions sanguines (quand doit-on transfuser, quels sont les groupes compatibles ou non, comment être sûrs qu’ils le sont etc).

Cela m’a demandé beaucoup de concentration et de maîtrise de mes émotions surtout, parce qu’ils me posaient ces questions très rapidement et tous les deux en même temps. Heureusement que je l’avais pratiqué assez souvent durant les derniers stages de 3ème année!

Mes réponses ont dû leur plaire puisqu’à la fin de l’entretien, le cadre du service m’annonça: « suivez moi, je vais vous faire visiter le service ».

Stupéfaite par autant de rapidité, je le suivis et mon expérience d’un mois d’infirmière jeune diplômée en court séjour gériatrique commença le lendemain!

Heureusement, les premiers jours j’ai été doublée, cela faisait partie de mes quelques requêtes (avec la demande de ne pas travailler de nuit tout de suite). J’ai également été formée au logiciel utilisé par cet hôpital pendant 4 longues heures.😬

Particularités de la médecine gériatrique💉

Ce service avait été créé pour pallier à l’épidémie de Chikungunya aux alentours de l’année 2008. Il ne comportait donc que 10 lits. Cette maladie ayant été éradiquée assez rapidement, ils se sont retrouvés avec un service de 10 lits vides. La direction a donc décidé d’y installer les patients âgés qui ne peuvent pas être admis dans un service de médecine classique par manque de place principalement.

Ces patients étaient sensés aller en EHPAD après avoir été traité pour anémie et déshydratation le plus souvent, liées a une dénutrition, manque de soins et/ou perte d’autonomie plus ou moins importante.

Je n’ai pas connaissance de l’existence de ce genre de service ailleurs car la plupart du temps ces patients sont répartis dans les services de médecine puis de chirurgie (par manque de place).

Il s’agissait tout de même d’une unité de médecine comme une autre, avec plus ou moins la même organisation.

Une journée type en médecine

Nous étions en horaires de 12 heures et cela m’arrangeait bien puisque j’habitais à 45 minutes de voiture!

Le matin, après la relève infirmière je commençais la distribution des premiers traitements et la prise de constantes.💊

Vu qu’il n’y avait que 10 patients, ça pourrait sembler rapide mais il y avait toujours des imprévus. La plupart des patients étaient soit déments soit très désorientés et n’avaient pas toujours conscience de leur perte d’autonomie. Cela provoquait des situations de chutes, des états d’agitation et demandait beaucoup de communication et de patience pour les calmer.

Surtout qu’à partir de 9h se tenait la relève médicale (entre infirmiers, médecins, aide-soignants et cadres).

On parlait principalement du devenir des patients après avoir abordé leur état de santé actuel (qui peut changer complétement d’un jour à l’autre, surtout chez une personne agée).

Et les médecins nous prévenaient d’un changement de traitement ou d’une réponse positive ou négative d’un EHPAD entre autre.

C’est clair que ce n’est pas évident pour une jeune diplômée (et même avec de l’expérience) de prendre la parole devant autant de monde (parfois se trouvent des internes, 3 ou 4 médecins, les autres infirmières, des étudiants infirmiers…) ça arrive même qu’on n’ait pas assez de chaises pour tout le monde! 😅

De plus, je suis d’un naturel assez timide, ce qui m’a causé pas mal de problèmes durant mes études, surtout en stage. J’ai du faire un réel travail sur moi pour apprendre à parler en public, poser ma voix qui tremblait à la moindre émotion et même insister auprès des médecins quand j’étais sûre de mes connaissances! Cela n’a pas été facile mais tout au long de ce blog je partagerai mes astuces avec vous (et bien plus encore 😉).

Comment réussir une relève médicale:

  • D’abord l’essentiel est de rester concentré: ne vous laissez pas perturber par les bruits alentour ou même les sonnettes! Si c’est un de vos patients qui sonne au moment où vous parlez, une de vos collègues doit y répondre à votre place (dans l’idéal). Au mieux il/elle y pensera de lui même, au pire la cadre où vous même devrez lui demander, mais la relève est une priorité relative (car ça dépend de l’urgence de la situation du patient quand même, ne le laissez pas mourir hein!).
  • De plus, bien noter votre relève le matin (et pouvoir la relire par vous même et les autres, on ne sait jamais!) vous sera très utile comme pense bête.🤓
  • Enfin, il est plus facile de répondre aux questions si vous avez le temps de finir le tour car les médecins peuvent vous demander les constantes du jour et/ou de la veille, l’état psychologique des patients, leurs antécédents etc… d’où l’intérêt d’avoir l’ordinateur ou leur dossier sous les yeux.

Je sais ce que vous allez dire:  » C’est plus facile à dire qu’à faire dans la réalité! » Oui je sais, je connais la dure et impitoyable réalité des services hospitaliers et ce n’est pas tous les jours possible de finir le tour avant l’arrivée du médecin, qui veut rarement attendre sagement que vous ayez fini!

Voila pourquoi j’ai écrit pour vous un article sur  »comment s’organiser pendant la distribution de traitements pour gagner du temps ».

Avantages de ce service: ce que j’ai  le plus aimé 

👉🏽Le service était petit donc j’étais la seule infirmière quand je n’étais plus doublée, ce que déjà, à l’époque, j’aimais bien. Je pouvais donc m’organiser comme je voulais, comme je le sentais et passer plus de temps avec un patient qui en avait plus besoin. Mais ce n’est pas qu’un avantage.

👉🏽Les médecins étaient très compréhensifs et me proposaient même leur aide pour certains soins techniques (pose de SNG par exemple). En effet, en service de médecine, les docteurs sont sur place quasiment tout le temps (sauf pendant certains examens) donc il est facile de leur poser des questions au fur et à mesure, contrairement à la chirurgie où il faut s’organiser pour regrouper ses questions les seules fois où le chirurgien apparaît (le matin et parfois le soir après avoir opéré).

⚠️La présence des médecins dépend de la spécialité. J’ai aussi travaillé en cardiologie et les médecins étaient difficilement joignable car faisaient des coronarographies, consultations etc très souvent donc les internes devaient se charger de tout, de A à Z, ce qui provoquaient des situations compliquées! Car même quand l’interne est très compétent, il ne peut pas tout faire, comme déclarer un décès par exemple.

👉🏽De même le cadre pouvait répondre à mes questions sur l’organisation du service car il le connaissait bien et les aide-soignantes m’aidaient beaucoup aussi.

👉🏽Et quand j’avais des questions auxquelles seule une infirmière pouvait répondre je demandais à l’une du service d’à côté.

Inconvénients: ce que j’aimais le moins

👉🏽 Le fait que les médecins soient toujours présent peut présenter des inconvénients…certains aiment bien donner leur avis constamment quitte à critiquer notre travail sans avoir vu le patient juste avant. Car l’état du patient demande de s’adapter sans arrêt au niveau des soins.

👉🏽 Il fallait donc que je me justifie régulièrement sur ce que je faisais, pourquoi à ce moment-là et pas un autre, pourquoi ce patient et pas son voisin en premier…🙄

👉🏽 Quand on est la seule infirmière du service, tout ce que l’aide soignante ne peut (ou ne veut) pas faire, c’est pour votre pomme!😟Parfois c’est agaçant d’être appelée sans arrêt pour un oui ou pour un non, surtout quand on vient de sortir de la chambre, mais ça vous le retrouverez dans tous les services!

👉🏽 Et s’il y a un soin qui vous pose problème (poser un cathéter ou un bilan sanguin difficile) , idem, faut faire avec! Les infirmières du service d’à côté n’étaient pas toujours disponibles, du coup je sortais de la chambre du patient, faisais autre chose puis revenait à lui plus tard. Ca permet d’évacuer le stress accumulé par les échecs précédents couplé au temps qui va manquer pour les autres patients.

Mais tous ces inconvénients sont plutôt minimes par rapport au cadre de travail agréable de ce service en particulier.

Pourquoi je suis partie

J’aurais pu rester car je n’étais pas si mal dans ce service, mais mon premier vœux était la chirurgie.

J’y avais fait un stage en 3ème année qui m’avait appris énormément. Je m’étais carrément éclatée!😁

Paradoxalement, je l’ai adoré alors que l’équipe soignante a été infecte avec moi! 😓 Preuve que c’est bien le service et ses soins qui m’avaient plu, et pas l’ambiance qui était tendue entre infirmières elle-mêmes sans parler de la façon dont elles traitaient tous les étudiants…

Alors quand l’hôpital près de chez moi m’a appelé pour me proposer une place en chirurgie vasculaire et viscérale, j’ai sauté de joie!🎊

Comment ils recrutent à La Réunion

Je me souviens que j’étais de repos à la plage ce jour-là et le cadre supérieur du CHU de St Pierre m’a appelé pour me proposer un entretien dans l’heure suivante! J’ai dû acheter des vêtements plus « décents » et me dépêcher pour aller à l’hôpital qui se trouvait à 45 minutes de route! Je suis arrivée en courant, pas du tout préparée, décoiffée et avec une robe longue, plus indiquée pour une soirée que pour un entretien d’embauche! 😂

Heureusement, ils avaient déjà fait leur choix, grâce au précédent entretien un mois auparavant, il ne s’agissait donc que d’une formalité pour les papiers administratifs et la visite médicale, même s’il m’a re-demandé si j’étais bien sûre de vouloir travailler dans ce service particulièrement difficile!

D’ailleurs quand le cadre m’a vu débarquer dans cet accoutrement et en retard, il ma demandé d’où je venais et m’a répondu que j’avais bien raison de profiter de mes repos à la plage!😅

Que d’aventures pour obtenir ce qu’on veut vraiment!

Ce cadre supérieur avait raison, le service de chirurgie dans lequel j’ai passé un an et demi était particulièrement difficile à gérer, mais je ne l’ai pas quitté uniquement pour ces raisons-là, car j’ai vraiment apprécié travailler là-bas.

J’y ai appris plus en terme de soins techniques, de relations humaines (avec les patients et entre collègues) d’analyse clinique et de réflexion professionnelle qu’en 3 ans de formation en IFSI!


Dites moi en commentaire ce que vous pensez de cet articles:

Est ce qu’il vous a aidé?

Est-ce que la médecine vous intéresse comme service après le diplôme ou plutôt la chirurgie ou un autre lieu d’exercice?

Est-ce que vous voulez plus d’articles sur l’exercice du métier à La Réunion?

J’attends vos réponses avec impatience!


See the source image

On foire des choses, on perd notre chemin. Meme les meilleurs d’entre nous ont des jours sans. L’important c’est d’aller de l’avant.

Meredith Grey

À bientôt pour de nouvelles aventures!

Elise