Alors voilà. Nous vivons en France, un pays sensé être en démocratie…donc chacun a le droit de dire ce qu’il pense en théorie

D’ailleurs j’aimerais vivre en théorie car là-bas tout se passe toujours bien…😌

Et vous, apparemment, vous souhaitez savoir ce qu’il se passe vraiment sur les lieux de stage. En tout cas pour ceux avec qui j’ai parlé, principalement sur Instagram.

Et je vous comprend. Il y a plein de choses que vos formateurs ne vous diront pas. Soit parce que ça ne concerne qu’une minorité d’étudiants, soit parce qu’ils considèrent que ce n’est pas utile, ou mauvais pour la réputation de l’IFSI etc…

Personnellement je n’ai aucune réputation à maintenir alors je vous le dis franco: attendez-vous à morfler😯

Pour certains, les plus chanceux, ca ne sera que l’espace d’un instant, en interro par exemple, ou en stage pour d’autres. Mais il y en a pour qui ca va durer…trois longues années voire plus si vous redoublez ou faites un report. Et ce sont ces personnes là qui auront besoin de plus de soutien. D’où la création de ce blog.

Mais ce sont aussi ces personnes là qui ressortiront les plus grandies/changées de cette formidable aventure qu’est l’IFSI.💪🏻

Pour les cours théoriques, vous avez espace soignant qui est génial et qui a été récemment rénové pour le plus grand plaisir des yeux et du cerveau.

Pour se renseigner sur le travail en libéral vous avez le blog de Charline, très bien écrit avec des exemples poignants de la réalité sur le terrain.

Et si vous voulez voyager, vous pouvez toujours visiter le blog de Florence et Yohan très inspirant et qui fait briller les yeux 🤩.

Mais ici, sur ce blog qui n’est rien de tout ça (ou un mélange de tout ça, selon le point de vue👀), je vous dirai la vérité sur le monde hospitalier au travail et en stage ainsi qur les (vraies) épreuves par lesquelles vous devrez passer pour en arriver là.

Comme lui par exemple 🥶

Tout d’abord, le diplôme d’infirmier n’est pas une fin en soi.

Contrairement à ce que que vous pouvez croire, il ne s’agit pas du Graal ultime, non, juste un bout de papier qui vous permettra de rentrer dans une autre galère: celle du monde du travail. Une galère telle que vous serez payé une misère et méprisé par la hiérarchie alors que vous rentrez chez vous courbaturé de partout et crevé à mort pour avoir pris soin de tout le monde sauf de vous!

Alors réfléchissez bien…

Si vous avez un minimum d’amour propre, il vous reste 2 solutions:

  • Soit vous envisagez une autre formation mieux payée et plus pépère (ou alors un voyage autour du monde);
  • Soit vous vous préparez un max AVANT d’être diplômé afin d’avoir une hygiène de vie au top c’est à dire: stop les fêtes après minuit les veilles de boulot/stage sinon vous mettez en danger la vie d’autrui (oui oui sérieusement mais bon des exceptions confirment la règle parfois…), stop les bavardages inutiles au lieu de réviser sinon vous perdez votre temps à coups sûrs, et stop la procrastination et les pleurnicheries en espérant que réviser la veille suffira. Ça suffira pour avoir la moyenne tout au plus, mais au fond le plus important c’est bien d’avoir compris ce que vous apprennez, pas de le recracher par coeur le temps d’un examen qui représente une infime partie de votre vie.

Parce que la vraie vie, c’est après le diplôme.

Au boulot quand vous devez prendre des décisions pour le patient et que vous êtes SEUL. Que les médecins ne sont pas dispo et que c’est le week-end donc personne d’autre ne peut vous aider parce que même si vous êtes en poste depuis 1 mois vous êtes le plus ancien infirmier de tout l’étage !
Croyez moi, tout ça c’est du vécu sauf que moi j’ai eu de la chance. Celle d’avoir de l’intuition et de ne pas me fier aux ragots du genre « on fait comme ça parce qu’on a toujours fait comme ça » sans plus de précision.

Pitié achevez-moi quand j’entends cette phrase ! 🤪😵

Ou encore de ne JAMAIS donner un médicament si je ne sais pas POURQUOI je le donne (dans le doute je donne pas). Le traitement personnel de Mme intel peut très bien avoir été arrêté depuis des mois à cause d’une allergie soudaine et pourtant il est toujours prescrit à l’hôpital parce que les médecins ne prennent pas le temps de demander aux patients si leur traitement est le bon. Et parfois les patients eux même ne savent pas ce qu’ils prennent comme médicaments au quotidien depuis 20 ans (encore pire!).

Tout ça pour dire que au-delà des connaissances et expériences que ce métier va vous apporter, il vous poussera à vous dépasser physiquement, émotionnellement et psychologiquement aussi (mais ca on a déjà dû vous le dire)!

Vous apprendrez à mettre de côté vos préjugés et faire attention à votre attitude non verbale. Car un patient ressent parfaitement quand vous le regardez de haut parce qu’il ne connaît pas son traitement ou qu’il ne sait pas épeler son nom. Et ça lui fait de la peine.

Vous finirez aussi par apprendre à vous protéger et à vous assumer, devenir votre propre avocat. Car quand un médecin vous demandera pourquoi vous avez fait le pansement de telle façon au lieu d’une autre, vous devrez être capable d’expliquer ce qu’il s’est passé dans votre tête (de cohérent je précise) pour en arriver a cette conclusion.

Ça ressemble aux conseils d’une infirmière aigrie mais en fait c’est tout l’inverse. Je ne veux pas que vous subissiez ce que j’ai subi ou pire, ce que d’autres étudiants et nouveaux arrivants infirmiers subissent actuellement.

Le mépris des médecins devra vous passer au dessus, sinon il vous bouffera petit à petit et vous fera douter de vous même quand vous avez raison/savez ce que vous faites. Les chuchotements dans votre dos ou sur votre passage venant des collègues devront vous laisser indifférent et même fier car au moins on parle de vous !

Vous valez ce que vous valez.

En tant que jeune diplômé vous avez beaucoup à apprendre aux anciens pour qu’ils se mettent à jour.

En tant qu’étudiant, vous êtes là aussi pour leur rappeler de ne pas faire aux autres ce qu’on leur a fait autrefois (mettre un nouveau à l’écart, se moquer, manquer de patience etc…).

Chacun sa façon d’encadrer et de se laisser encadrer mais ne généralisez pas non plus. Les nuances aussi sont importantes. Une infirmière sévère ne veut pas dire qu’elle est méchante. Quand vous vous faites crier dessus, ca ne veut pas dire non plus que le problème vient de vous (pas forcement).

Et si c’est le cas, demandez.

Demandez ce qu’il s’est passé exactement si vous n’étiez pas là.

Demandez comment réparer votre erreur et enfin comment éviter de la reproduire.

Ca vous arrivera forcement. Le tout est de savoir vous remettre en question quand il le faut sans vous auto flageller constamment non plus!

E.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.