I) Description et anatomie

💥 La sonde naso gastrique est un tube souple qui doit arriver dans l’estomac en passant par le nez (naso-gastrique) ou la bouche (oro-gastrique).

Du nez Ă  l’estomac en passant par le pharynx

Le passage par le nez est le plus fréquent chez les adultes, ce qui rend ce soin très désagréable. Ils peuvent avoir des réflexes de rejet par nausées/hauts le cœur et/ou vomissements.

Si vous avez déjà fait le test PCR du COVID-19 vous avez eu un léger aperçu de ce que les patients peuvent ressentir au tout début de la pose.

Elle sert à aspirer les sécrétions gastriques ou alimenter le patient selon plusieurs critères.

II) Indications

a. Vidange gastrique

  • Pour les patients prĂ©sentant un syndrome occlusif: arrĂŞt ou ralentissement important du système digestif empĂŞchant l’Ă©limination des selles.
  • Mise au repos du système digestif aprĂ©s une chirurgie digestive.
  • Lavage gastrique (intoxication mĂ©dicamenteuse = surdosage par exemple par tentative de suicide).
  • Avant intubation pour prĂ©venir le risque d’inhalation
  • Patient dans le coma pour Ă©viter qu’il inhale son contenu gastrique (Syndrome de Mendelson).
  • RĂ©alisation d’un tubage gastrique pour rechercher d’Ă©ventuelles bactĂ©ries.

b. Alimentation entérale

  • Pour mettre au repos la sphère ORL après une chirurgie ou radiothĂ©rapie de la bouche, oesophage…
  • RĂ©alimentation des patients dĂ©nutris sur un plus long terme qu’une alimentation intra veineuse (parentĂ©rale).

c. Autres indications

Stopper une hĂ©morragie digestive…

III) RĂ©glementation

Cet acte infirmier est réglementé par les articles R.4311-7 et R.4311-5 du Code de la Santé Publique et se réalise sur prescription médicale (PM).

Art R.4311-7 : l’infirmier […]est habilité à pratiquer les actes suivants soit en application d’une prescription médicale qui, sauf urgence, est écrite, qualitative et quantitative, datée et signée, soit en application d’un protocole […]: pose de sondes gastriques en vue de tubage, d’aspiration, de lavage ou d’alimentation.

IV) Les différents types de sondes

Il existe quatre types de sondes gastriques :

Sonde de Faucher, sonde de Salem, sonde de Levin(e), sonde de Blakemore

LA SONDE DE FAUCHER

  • Sonde en caoutchouc, utilisĂ©e en mĂ©decine pour le lavage gastrique (intoxications mĂ©dicamenteuses ou alimentaires par exemple).
  • C’est un tuyau en caoutchouc ou en PVC transparent avec un grand diamètre.
  • Sonde oro-gastrique: elle est insĂ©rĂ©e dans la bouche du patient pour atteindre l’estomac.
  • La sonde est marquĂ©e tous les 5 cm de 15 Ă  75 cm.
  • L’unitĂ© de mesure est exprimĂ©e en charriere: 1CH Ă©quivalent Ă  1FR (français) qui Ă  son tour est Ă©quivalent Ă  un tiers de millimètre (diamètre 0,33 mm).
  • La pose doit ĂŞtre effectuĂ©e avec le patient en position de dĂ©cubitus latĂ©ral gauche et les jambes repliĂ©es en Tredelenburg. De cette façon, le passage des toxiques (drogues) est plus difficile dans le duodenum.

LA SONDE DE SALEM

  • Les plus frĂ©quentes pour la vidange gastrique par aspiration ou dĂ©clivitĂ© (recueil dans un sac posĂ© plus bas que le patient pour une vidange passive par gravitĂ©).
  • SiliconĂ©es, charrière 8 Ă  20.
  • Les charrieres 8 et 10 sont rĂ©servĂ©es aux enfants.
  • Une voie principale (transparente) pour l’aspiration du contenu gastrique.
  • Une voie secondaire: la prise d’air (bleue) afin de maintenir un flux d’arrivĂ©e d’air constant.
  • Le problème avec cette seconde voie est qu’elle rend l’aspiration moins efficace, donc nous avons pour habitude de la clamper en faisant un nĹ“ud ou avec du sparadrap, ce qui n’est pas prĂ©conisĂ© par le fabricant. Attention Ă  rĂ©gler l’aspiration Ă  faible dĂ©bit afin d’éviter des lĂ©sions, ulcères etc…de l’estomac.

LA SONDE DE LEVIN(E)

  • DestinĂ©e Ă  l’alimentation entĂ©rale.
  • Plus fine et plus souple que les sondes de Faucher et de Salem.

LA SONDE DE BLAKEMORE

  • Assure l’hĂ©mostase (quand hĂ©morragie digestive haute par rupture de varice Ĺ“sophagienne ou ulcère hĂ©morragique) grâce aux ballonnets.

IV) Risques et complications

Anatomie de l’estomac

Mauvais positionnement

Le risque principal est que la sonde ne soit pas positionnĂ©e dans l’estomac au moment de la pose ou qu’elle ait bougĂ© entre temps.

Si vous ĂŞtes dans les poumons, le patient aura du mal Ă  respirer, aucune sĂ©crĂ©tion reviendra dans la sonde et vous n’entendrez pas le bruit caractĂ©ristique (glouglou) en injectant de l’air Ă  la seringue.

De plus, si de l’alimentation est prĂ©vue, une radio doit absolument ĂŞtre faite pour une assurance supplĂ©mentaire du bon positionnement de la SNG.

Car injecter de l’alimentation dans les poumons du patient causerait des dĂ©gâts irrĂ©versibles pouvant littĂ©ralement noyer le patient!

Par opposition, une sonde en aspiration positionnĂ©e dans les poumons n’aspirera rien mais causera moins de dĂ©gâts (quelques lĂ©sions d’ulcères par exemple). Elle sera retirĂ©e rapidement ou sa position sera vĂ©rifiĂ©e en radio puisque son objectif est d’aspirer les sĂ©crĂ©tions.

C’est pourquoi les mĂ©decins ne font pas systĂ©matiquement de radio pour les sondes gastriques en aspiration (mĂŞme si c’est conseillĂ©).

Autres complications possibles:

Epistaxis

Il s’agit d’un saignement de nez bĂ©nin et frĂ©quent.

Fausse route intracranienne

Il y a un risque que la sonde traverse le crâne en cas de fracture. Raison pour laquelle il ne faut jamais poser de sonde par le nez chez un traumatisé facial (accident de la route etc).

Vous voilĂ  fin prĂŞt pour poser, surveiller un patient porteur d’une sonde naso-gastrique.

Pour l’enlever, rien de plus simple, il suffit de tirer dĂ©licatement dessus après avoir enlevĂ© les fixations.